Nos ambitions

Le Réseau Education Populaire est une structure militante se reconnaissant dans les grands principes du républicanisme social.  Ses animateurs ont toutefois choisi de donner à leur engagement  une forme spécifique, celle de l’éducation populaire. Cette page a pour but de clarifier les raisons de ce choix, comme les analyses sur lesquelles il repose, en détaillant les ambitions du REP.

Quelle refondation de l’éducation populaire ?

 

L’éducation populaire est  une forme militante ancienne, mais qui connaît un véritable essor aujourd’hui. Notre ambition est d’en faire enfin un acteur politique indépendant et visible, à égale distance des deux autres piliers de la transformation sociale, l’action politique proprement dite et l’engagement syndical. Il nous semble que cette tâche est à la fois nécessaire et des plus opportunes dans la conjoncture actuelle.

Constituer l’éducation populaire en acteur autonome du progrès social

L’éducation populaire vit d’une existence encore incertaine. Son histoire même semble lui donner l’apparence d’une simple survivance : vestige d’un âge héroïque du syndicalisme ou des municipalités radicales, socialistes, communistes, elle recueille quelque chose de l’idée que le progrès humain est intrinsèquement lié à l’instruction du peuple. Le plus souvent toutefois, les « universités populaires » végètent entre l’animation culturelle locale, le laboratoire intellectuel et la chapelle mouvementiste. De là l’idée que l’éducation populaire est certes nécessaire, mais qu’à tout prendre, il y a plus urgent ; comme de préparer la prochaine échéance électorale. Pourtant une demande confuse ne manque pas de se faire sentir.

Lire la suite

Répondre à la demande sociale et à la conjoncture politique actuelle

Pour nous, l’éducation populaire consiste en un travail culturel pour une transformation sociale et politique ; par définition, elle aborde des domaines très divers, comme la protection sociale, les retraites, la santé, la dépendance-autonomie, les hôpitaux,les médicaments, l’école, les services publics, les politiques d’immigration et de nationalité, l’Europe, la gouvernance mondiale, la laïcité, la démocratie, la question sociale et écologique, l’énergie, la nouvelle géosociologie des territoires, le pourquoi de la réforme territoriale, etc.  Une dizaine de raisons, au moins, permettent de comprendre en effet en quoi la période actuelle tout à la fois appelle et rend possible cette refondation.

Lire la suite

 

 

 

Comments are closed.